CINÉMA CHRONIQUE - CRITIQUE

Film à l'affiche

Drame à l'affiche

Walkmovie.info vous dévoile la chronique du film : 120 battements minute

120 battements minute

Sortie 23 août 2017

Drame de Robin Campillo. Avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz, Felix Maritaud, Mehdi Touré, Aloïs Sauvage, Simon Bourgade, Catherine Vinatier, Coralie Russier. – 2h12 – Grand Prix du Jury Cannes 2017.

Le sida s’est déclaré vers la fin des années 1970. La communauté homosexuelle est touchée en premier. Pendant une décennie on les montre du doigt, la prévention est au point mort. Les pouvoirs publics tardent à réagir pensant que le sida n’est qu’une affaire de PD. C’est dans ce contexte que l’association t Up décide d’agir d’une manière plus radicale ! Nathan fait partie des nouveaux à l’AG hebdomadaire de l’association. Il va ainsi faire la connaissance de Sean. Celui-ci lui avoue depuis qu’il est séropo, sa vie à complètement changé. Il vit à 120 battements minutes ! Combien de poche de faux sang faudra-t-il balancer dans les opérations militantes coup de poing pour être entendu, compris ?

 

« 120 battements minutes » apporte une pierre à l’édifice de la lutte contre le sida, même si en 2017 beaucoup de jeunes pensent qu’on guérit du sida. Ce film retrace bien l’ADN de l’association d’Act Up : écorché vif à juste titre avec un penchant pour la radicalité. De nos jours, nous appellerons cela : faire le buzz ! Les débats des membres de l’association dans l’amphi sont sans aucun doute le plus intéressant du film, puisqu’il met à fleur de peau les stratégies militantes avec ces contradictions : Agir par une forme de violence contrôlée pour faire bouger les lignes. Ayant un peu fréquenté une association de lutte contre le sida lors de la publication de nouvelle policière « Si… d’aventure ! » fin 1995, je comprends mieux l’attitude d’Act Up par son côté communautarisme séropo. En tout cas, ce film permet cet éclairage, même si c’était une évidence à l’époque. Un angle de tir, une ligne éditoriale trempée dans la sueur et le sang de la conviction humaine, tel sont le credo associatif d’Act Up.

Drapeau Arc en Ciel Gay's - 150 x 90 cm - 9 €

Contrairement à ce que j’ai lu, le film n’a pas de longueur. Il est en définitive scindé en trois parties : le combat, l’amour, la maladie. La dernière partie est plus conventionnelle, voir prévisible sans doute pour émouvoir, verser sa petite larme. Le réalisateur à part contre peut évoquer la contamination des hétérosexuels qui étaient pourtant alarmants dans ces années-là. Les effets secondaires des traitements sont énoncés par de simples mots : diarrhée, vomissement. Il aurait selon moi été plus salutaire d’en faire une démonstration visuelle pour faire comprendre aux jeunes générations qu’avoir le sida en phase positive n’est pas une promenade de plaisir à avaler des médocs. L’opération « capote » sur l’Obélisque Place de la Concorde se réduit à un reportage d’un JT à la TV, quelle déception ! Réalisé le 1er décembre 1993 lors de la Journée Mondiale de lutte contre le sida, cette action militante est pourtant le symbole fort d’Act Up. Le film terminé, le générique défile sans musique pour plomber l’ambiance. Étant parti quelques secondes après, peut-être j’ai raté quelques choses durant le générique. Si c’est le cas, j’espère qu’en quelques lignes, ils ont listé les acquits d’Act Up après leurs différentes actions de terrain.  

Le film « 120 battements minutes » récompensé à Cannes par Le Grand Prix du Jury 2017 est loin du sulfureux « Les Nuits Fauves ».

Phil Marso – 27 août 2017 - www.walkmovie.info

« Si d'aventure.... » de Phil Marso - Ed Megacom-ik

« M.S.T en cavale » de Phil Marso - Ed Megacom-ik

Commandez-les en librairie, Fnac, Decitre.

 
mesure d'audience